Vignes - Maison de Champagne Le Brun de Neuville

Actualités

Vignes - Maison de Champagne Le Brun de Neuville

LE BRUN DE NEUVILLE

Dans ce bout du Sézannais où le chardonnay sculpte le paysage, cette cave exigeante à la viticulture responsable et durable produit une gamme éclairée.

C

’est une terre de lointains secrets, dissimulée derrière la forêt du Sézannais, cet extrême ignoré des grandes transhumances des amateurs de bulles qui s’arrêtent à la côte des Blancs. Il faut donc aller un peu plus au sud après le joli mont Aimé et poursuivre sa route pendant 50 kilomètres au milieu de vallons où poussent les blés. On traverse alors la fin de l’ondulante forêt qui déploie ses vagues depuis le nord et vient s’éteindre sur un rebord calcaire qui regarde quelques toits ramassés autour d’une petite merveille d’église érigée à Bethon au XVe siècle, quelques coteaux de vignes, après quoi s’allonge le maillage des champs qui filent à l’infini. On éprouve ici l’immensité de l’espace et en baissant les yeux on prend la mesure de la minutie d’une activité rurale occupée à faire pousser des billes rondes de chardonnay. La cave est là sur un replat à mi-pente, comme la forteresse du Désert des Tartares, dernier point de ralliement des hommes avant les grandes solitudes. Ce bout du Sézannais, c’est un peu “La lettre volée” de la Champagne : comme dans la nouvelle d’Edgar Poe, on l’a sous les yeux sans la voir…

Avant que la vigne ne sculpte le paysage, c’étaient des pâtures au vert tendre sur lesquelles glissaient des troupeaux lents et pensifs, une polyculture héritée du XIXe siècle. Alors pourquoi avoir planté des chardonnays ici dans les années 1950 ? La cave coopérative Le Brun de Neuville est implantée sur un lieu-dit “LaCrayère” et les caves sont creusées dans le sous-sol de la craie pure. En 1963, la comtesse de Reviers, propriétaire du château de Bethon où la famille Le Brun résidait depuis 1845, et André Vandier, vigneron amateur de chevaux de course, entraînèrent 26 autres vignerons dans la création de la cave coopérative. Ils sont aujourd’hui 190 adhérents à produire 1,5million de bouteilles dont 350 000 sont signées du nom de la marque Le Brun de Neuville et 20% sont exportées.

Sept communes du Sézannais engagent une surface totale de 145 hectares : Bethon, Villenauxe-la-Grande, Montgenost, Fontaine-Denis- Nuisy, Chantemerle, La Celle-sous-Chantemerle, Barbonne-Fayel. Le chardonnay domine à 88% les aires plantées, laissant 11% au pinot noir et 1% au pinot meunier. La production s’adresse au négoce pour 72%, le reste est détenu par la coopérative. Cette cave exigeante s’est tournée vers “une agriculture responsable dont la certification Haute valeur environnementale (HVE) et Viticulture durable en Champagne (VDC) est en cours”, précise Gilles Baltazart, chef de cave de la maison depuis trente ans. “La confusion sexuelle est en place à Bethon depuis 1997”, ajoute Damien Champy, président depuis 2008. Il espère “pouvoir réaliser la séparation des coteaux de chaque commune”.
Deux sites de pressurage, l’un à Barbonne l’autre à Bethon, accueillent les raisins récoltés en caisse. Non seulement la production de chaque commune est identifiée, mais on pratique l’isolement parcellaire, de sorte que 90 cuves sont nécessaires à la réception des jus.

Certaines cuvées fermentent dans le bois pour partie de la forêt de l’Argonne. Le vieillissement minimal sur lattes est de quatre ans, poussé jusqu’à huit pour la cuvée “Authentique”, bouchée et agrafée à l’ancienne. Les vins de réserve remontent jusqu’en 2008. Les champagnes Le Brun de Neuville sont diffusés par la grande restauration, notamment au GeorgeV à Paris.
Sur une base 2010 et de vins de réserve des trois années précédentes, “Chardonnay extra-brut blanc de blancs” témoigne de sa relation au terroir par sa vivacité et annonce la précision du style qui caractérise l’ensemble de la gamme avec “Authentique”, là aussi 100 % chardonnay, et la belle “Lady de N” sur une base 2007, explosion vivante, pureté ciselée qui transporte dans le verger de citronniers de Bordighera peint par Monet.

JEAN-LUC BARDE


preloader